LogoActualites
    • Les messes dominicales du samedi soir et du dimanche soir sont avancées à 16h 30 (pour permettre de respecter le couvre feu à 18h)
    • Méditation du chapelet tous les jeudi à 17h, St Jean-Marie Vianney
    • Messes en semaine : consulter l'agenda suite conditions sanitaires, les messes du soir avancées à 17h
    • Activités pastorales, foyers de la parole, Ecole de la Foi (pour adultes)..., adaptations suite au confinement: informations sur la FIP+ et sur l'agenda du site)

HOMÉLIE DU DIMANCHE
 
HomelieTexte
 
HomelieTexte du dimanche 8 novemenbre

LogoMotduCure

"

  • LE MOT DU CURE DU DIMANCHE 17 JANVIER 2021: « Venez et vous verrez ! » : c’est par ces termes que Jésus invite Jean et André à le suivre. Ces mots de l’évangile de ce dimanche peuvent entrer en écho avec ce début d’année nouvelle qui dès les premières semaines semble bien prolonger l’année précédente : les mêmes inquiétudes, les mêmes modifications incessantes de règles sanitaires et donc de manière de vivre, le même horizon bouché par l’épidémie qui suspend nos économies, nos vies relationnelles, spirituelles, culturelles et en partie cultuelles. Venez, nous dit Jésus, à l’heure même où on nous demande de demeurer chez nous ! Venez, nous dit-il, alors qu’avec inquiétude on a envie de répondre « mais où ? » tant tout semble incertain ! Venez et vous verrez ! Voilà qui, du point de vue de la prudence humaine, est curieux. Lorsqu’on veut partir en voyage, on sait vers où et on choisit les cartes adaptées à notre but. Et soudain Jésus nous invite à venir, sans savoir pour aller où ! Pire encore : on ne saura où nous allons qu’en y arrivant ! Seul, on ne peut prendre cette route, personne ne peut aller sans savoir où ! Mais avec Dieu on peut se lever et reprendre la route sans en voir encore le terme, sans même distinguer le chemin tant le brouillard nous entoure. Pour aller, nous avons d’abord la boussole de la confiance. Abraham, notre père dans la foi, s’était levé et était parti vers le pays que Dieu lui montrerait ! Autrement dit : sans savoir où ! Tiens ! Serait-ce une marque propre à l’accueil de l’appel de Dieu dans nos vies ? Je le crois tout à fait. La foi, c’est aller vers où on ne sait pas, sans pouvoir se représenter le but ni pouvoir en prévoir les étapes. Vers où le vieil Abraham a-t-il dirigé ses chameaux alors qu’il ne connaissait aucunement la direction à prendre ? Sans aucun doute vers des chemins qu’il connaissait déjà mais sans savoir qu’il allait dans la bonne direction. Quel drôle de scénario Dieu nous propose ! Abraham ignorait la direction géographique, liberté lui était laissée par Dieu de la choisir. Mais paradoxalement il savait qu’il était sur le bon chemin, tout simplement parce qu’il avait pris la route et fait confiance à Dieu. Et c’est même cette confiance si peu facile qui consistait à marcher en acceptant que Dieu donnerait des réponses, des directions quand ce serait utile, qui constituait la vérité de la route d’Abraham. A André et Jean qui lui demande « où demeures-tu », Jésus ne donne pas une adresse, ne décrit pas une géographie. Non, il invite à le suivre. Là encore, c’est à travers lui Dieu qui invite à la confiance. André et Jean ne savent qu’ils sont sur le bon chemin que parce qu’ils ont accepté de suivre Jésus et qu’ils sont dans ses pas ! Ils partent à leur tour sans savoir pour où, renouvelant à cet instant même le chemin commencé avec Abraham d’une humanité qui accepte de donner à sa vie la profondeur d’horizon du projet de Dieu, de son aspiration pour nous. Venez et vous verrez ! Pour voir, il faut venir. C’est perturbant et à la fois infiniment libérant, car dans un temps où, à regard d’homme, l’horizon semble se rétrécir, voire disparaître, pour nous enfermer dans un espace clos, c’est la seule voie pour se remettre en route sans voir mais en suivant la voix qui appelle ! C’est au bout de la route que nous verrons, que s’accomplira ce dont la voix pleine de bonté de Dieu était déjà la promesse. Alors levons-nous et allons dans ce brouillard car nous avons une infinie confiance en celui qui nous précède ! Bien fraternellement,Père Frédéric-Marie"

    PartageonsJeunes

    Solidarite paroisseSolidarite autres